Conseil de Surveillance
Les dates

Conseil de surveillance

Carole Delga et Alain Rousset - 17 juin 2024 - SGPSO

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, présidente du Conseil de Surveillance de la Société du Grand Projet du Sud-Ouest (SGPSO), Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, en présence du représentant du préfet coordinateur du GPSO, ont réuni ce lundi 17 juin à Toulouse les partenaires de la ligne nouvelle.

Lors du Conseil de Surveillance de la SGPSO, Alain Rousset a été élu président de cet établissement public. Il succède pour les deux prochaines années à Carole Delga selon le principe de rotation et d’équilibre de gouvernance entre les deux Régions.

Dans le même esprit, Xavier Fortinon, président du Département des Landes, et Jean-Luc Moudenc, Président de Toulouse Métropole, ont été élus vice-présidents pour les deux prochaines années. Ils succèdent à Sébastien Vincini, président du Département de la Haute-Garonne et Christine Bost, Présidente de Bordeaux Métropole.

Chacun a pu se féliciter de ces deux premières années d’existence de la SGPSO qui s’est structurée et anime aujourd’hui le partenariat pour la concrétisation du projet.

 

Carole Delga et Alain Rousset ont pu se réjouir avec les partenaires de la mise en chantier de la ligne nouvelle à travers le début des travaux des Aménagements Ferroviaires au Nord de Toulouse en mai dernier.

L’enquête publique pour l’autorisation environnementale des Aménagements Ferroviaires au Sud de Bordeaux se déroulera entre le 24 juin et le 23 juillet 2024 et pourra permettre le cas échéant au préfet de Gironde d’autoriser le début des travaux en septembre.

Les partenaires ont également pu examiner l’avancement de l’ensemble des sujets de la ligne nouvelle, sa valorisation et son agenda. Le Pr. Carlo Secchi, coordonnateur du corridor de transport Atlantique pour l’Europe et représentant de l’institution au sein de la SGPSO, a présenté le futur du règlement du Mécanisme pour l’Interconnexion en Europe (MIE), instrument de financement de l’Union Européenne pour les investissements ciblés dans les infrastructures de transport.

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, présidente de la Société du GPSO (jusqu’au 17 juin), a notamment déclaré que « parce que notre territoire n’est pas connecté au réseau de grande vitesse européen, parce que Toulouse attend depuis 30 ans la LGV, parce que le train est le moyen de transport le moins polluant, parce qu’il est urgent de développer le ferroviaire, nous avons collectivement mené le combat pour la ligne nouvelle Toulouse-Bordeaux-Dax. Ce travail collectif a abouti à une première victoire : la création de la Société du Grand Projet du Sud-Ouest il y a 2 ans, que j’ai eu l’honneur de présider. La gouvernance de l’Établissement public est établie et fonctionnelle, les relations partenariales et institutionnelles sont instaurées et fructueuses, l’équipe de la SGPSO est constituée et la structure est opérationnelle, le GPSO est désormais devenu une réalité. Je fais naturellement pleinement confiance à Alain Rousset pour présider la SGPSO pour les deux prochaines années ! Il nous appartient maintenant collectivement de réussir ce qui constitue le plus important investissement public du siècle dans le Sud-Ouest de la France et de l’Europe. Nous savons que la politique s’inscrit dans le temps long, la ligne nouvelle en témoigne, offrant durablement à nos territoires une meilleure desserte, tant pour les grandes distances que pour les trains du quotidien. ».

 

« Je salue en tout premier lieu la présidence de Carole Delga de la SGPSO qui a permis à l’établissement public de se constituer et d’être, pour le compte des collectivités du Sud-Ouest, l’interlocuteur reconnu et l’animateur du partenariat. Je la remercie de la transmission d’un bel outil qui nous permettra de réussir la suite. A commencer par les Aménagements Ferroviaires au Sud de Bordeaux dont l’enquête publique pour l’autorisation environnementale va débuter dans quelques jours. Je redis à cette occasion que ce projet est essentiel pour la circulation des trains du quotidien, les TER comme le futur SERM. La ligne est saturée et nous devons rajouter des rails pour rajouter des trains. Nous traitons ainsi les enjeux de capacité, d’un développement territorial très dynamique et des objectifs publics en matière de développement durable, dans un cadre d’exigence très élevé de la part des partenaires quant à la prise en compte des impacts écologiques en particulier. Enfin je confirme à nouveau que la ligne nouvelle Toulouse-Bordeaux-Dax est un projet cohérent et unitaire, indispensable pour faire, d’une part, le lien entre l’axe atlantique et l’axe méditerranéen et, d’autre part, les liens transfrontaliers avec la péninsule Ibérique depuis et vers Bordeaux et depuis et vers Toulouse ainsi qu’avec le reste du pays et de l’Europe. Nous devons en particulier, pour l’Europe et nos voisins Espagnols notamment, comme pour faire des économies sur les coûts, obtenir la mise en service de la section vers Dax d’ici 2034 » a déclaré le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, président de la Société du GPSO (à compter du 18 juin), Alain Rousset.

 

Carlo Secchi, Coordinateur européen pour le Corridor de Transport Européen Atlantique, a souligné « l'importance de la mise en place de la gouvernance de l’Établissement public, qui a permis de développer une coopération de qualité avec la Commission européenne ces deux dernières années. Il a également salué le travail remarquable de Carole Delga et Alain Rousset, soulignant leur engagement envers le projet de GPSO, crucial aussi pour la connectivité de la Péninsule ibérique dans l'Union européenne. Il a exprimé sa gratitude pour leur engagement afin de connecter Toulouse à Bordeaux d'ici 2032 et Toulouse et Bordeaux à Dax d'ici 2034, rapprochant ainsi ces deux métropoles de Madrid pour une durée de trajet à terme d’environ 5 heures ».